L’Association canadienne du gaz fait l’objet d’une enquête pour présumé écoblanchiment

Un important groupe de pression de l’industrie du gaz naturel fait l’objet d’une enquête du Bureau de la concurrence du Canada pour écoblanchiment présumé un mois après que des travailleurs de la santé ont sonné l’alarme au sujet d’une de ses campagnes publicitaires.

“C’est révolutionnaire”, a déclaré le Dr. Melissa Lem, porte-parole de l’Association canadienne des médecins pour l’environnement (ACEP), le groupe qui a porté plainte contre l’Association canadienne du gaz (ACG).

“C’est la première fois que l’industrie du gaz fait l’objet d’une enquête du Bureau de la concurrence pour des allégations frauduleuses”, a déclaré Lem.

La décision du Bureau de la concurrence d’ouvrir un dossier, annoncée par l’ACEP le 11 novembre. Le 10 octobre, survient juste un mois après que les écologistes ont demandé au bureau d’enquêter sur RBC pour avoir prétendument induit les Canadiens en erreur sur sa performance climatique.

La plainte déposée contre CGA porte sur une campagne publicitaire de novembre dernier intitulée “Fuelling Canada”, qui présente le soi-disant gaz naturel comme “propre” et “abordable” alors qu’en réalité, le gaz naturel est principalement composé d’un puissant gaz à effet de serre appelé méthane qui cause plus de dommages à la planète à court terme que le dioxyde de carbone. La campagne a un site Web et est diffusée sur les réseaux sociaux, notamment Facebook, Instagram et Twitter.

Exemples de publicités dites mensongères. Capture d’écran via une plainte déposée auprès du Bureau de la concurrence Canada

Parce que le méthane est 25 à 80 fois plus puissant pour piéger la chaleur dans l’atmosphère que le dioxyde de carbone lorsqu’il est brûlé, il est trompeur de le décrire comme “propre”, indique la plainte. Il y a également eu un problème avec les publicités qualifiant le carburant de « abordable » car les pompes à chaleur sont généralement moins chères à faire fonctionner et devraient devenir plus chères que les autres options énergétiques à mesure que les économies se tournent vers des alternatives à faible émission de carbone.

Si l’enquête confirme que les affirmations de la CGA sont trompeuses et fausses, l’association et ses entreprises membres — dont Enbridge, TC Energy, FortisBC, Énergir et une douzaine d’autres — seront obligées de cesser de faire la publicité du gaz méthane comme étant “propre” et ” abordable », émettre un rappel et risquer une amende de 10 millions de dollars, indique le communiqué de presse de l’ACEP.

Dans une déclaration par e-mail à Observateur national du CanadaLe président et chef de la direction de la CGA, Timothy M. Egan, a déclaré que l’association « coopérera avec le Bureau de la concurrence et a confiance en sa position ».

« Le gaz naturel joue un rôle important dans le bouquet énergétique du Canada, répondant à 38 % des besoins énergétiques des Canadiens, un nombre qui ne cesse d’augmenter », indique le communiqué. “Les Canadiens ont besoin d’avoir accès à une énergie sur laquelle ils peuvent compter, et le gaz naturel répond à ce besoin.”

L’Association canadienne du gaz fait l’objet d’une enquête par le @CompBureau pour allégation d’écoblanchiment après que des médecins canadiens ont déposé une plainte concernant une campagne publicitaire centrée sur le soi-disant gaz naturel. #Changement climatique

La décision du bureau d’enquêter à la fois sur la CGA et la RBC signale un examen accru de la désinformation sur les combustibles fossiles et des allégations de zéro net, mais révèle également une réglementation plus large nécessaire pour faire face à l’ampleur de ce problème, selon le communiqué de presse de l’ACEP.

L’écoblanchiment est également au centre de la COP27 grâce à la publication d’un nouveau rapport de l’ONU décrivant à quoi ressemble un engagement net zéro crédible, de sorte que la décision du bureau “ne pouvait pas arriver à un meilleur moment”, a déclaré Lem.

Les médecins et les travailleurs de la santé canadiens mènent une croisade contre la publicité sur les combustibles fossiles et demandent au gouvernement fédéral d’interdire et de réglementer la publicité sur les combustibles fossiles – comme l’industrie du tabac – en raison de ses effets sur la qualité de l’air et la santé humaine.

“Ces demandes frauduleuses, malheureusement, stimulent la demande”, a déclaré Lem. Les consommateurs veulent acheter des produits abordables et respectueux de l’environnement, et l’industrie le sait, a-t-il ajouté, d’où les messages ciblés.

L’industrie a une histoire bien documentée d’utilisation de ses vastes ressources pour nier l’existence du changement climatique. “Maintenant qu’il est clair qu’il (existe) … ils passent maintenant à la stratégie de greenwash à la place”, a déclaré Lem.

Pour que le monde ait une chance de limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C, le Canada et d’autres pays riches producteurs de combustibles fossiles doivent arrêter toute production d’ici 2034, selon un rapport publié en mars par l’Institut international du développement durable. Contrairement aux conclusions de ce rapport et de plusieurs autres, le Canada continuera d’augmenter sa production de pétrole et de gaz.

Alors que l’industrie fait tout ce qu’elle peut pour maintenir la demande de combustibles fossiles, “nous devons être plus intelligents que cela”, a déclaré Lem. “Nous devons protéger les consommateurs en veillant à ce que ces affirmations trompeuses ne stimulent pas la demande.”

— Sur des dossiers de John Woodside

Natasha Bulowski / Initiative de journalisme local / Observateur national du Canada

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *