Y a-t-il des gens là-bas? La NASA a dit “Non !” Avec une mise en garde

Y a-t-il des gens là-bas? La NASA a dit “Non !” avec une mise en garde : les soi-disant extraterrestres auxquels nous avons pensé et parfois inquiétés au fil des ans se sont probablement détruits. L’avertissement donné par la NASA a une résonance pour l’humanité. Nous aussi, nous sommes peut-être sur une voie qui rendra impossible de devenir un jour des extraterrestres visitant d’autres mondes et de devoir nous regarder dans le miroir pour voir qui l’a causé.

CATASTROPHE EXISTENTIEL

Dans “Avoiding the ‘Great Filter’: Extraterrestrial Life and Humanity’s Future in the Universe”, un article rédigé par des scientifiques de la NASA, nous sommes avertis “qu’une catastrophe existentielle peut nous attendre alors que notre société progresse rapidement vers l’exploration spatiale, agissant comme le Grand Filtre : un phénomène qui anéantit les civilisations avant qu’elles ne se rencontrent, ce qui peut expliquer le silence cosmique.” En d’autres termes, les sociétés avancées sur d’autres mondes se sont probablement détruites avant d’avoir atteint le stade de développement de la capacité de voyager vers d’autres systèmes solaires.

CONTER

Comme les gens vivent, ils racontent des histoires. Assis autour de feux de camp dans des grottes, les anciens partageaient des détails sur la chasse du jour ou la nourriture trouvée en fouillant. Peut-être ont-ils ajouté des détails pour pimenter les choses, faisant du lion ou du tigre deux fois la taille de la vraie chose (le début de la non-fiction créative ?). Au fur et à mesure que les civilisations progressaient, elles tournaient leur imagination vers le ciel et inventaient des histoires de dieux et de déesses liées aux objets célestes qu’elles pouvaient voir.

Une fois que les mots étaient sur une page, les écrivains ont commencé à raconter des histoires plus complexes sur l’espace et les nouveaux mondes étranges habités par toutes sortes de créatures. La génération de mon père a grandi en regardant Flash Gordon, et ma génération devrait remercier Gene Roddenberry Star Trek et George Lucas pour Guerres des étoiles, alimentant notre imagination avec des créatures fantastiques de toutes sortes que l’on peut trouver loin de chez soi et même dans une galaxie très, très lointaine. Comme il serait triste que les vraies versions de nos amis extraterrestres fictifs se coupent avant que leur heure ne vienne nous rendre visite.

Peut-être ont-ils rencontré leur fin grâce au Grand Filtre. Sommes-nous les prochains ?

RÉALITÉ RIGIDE

Ces gars de la NASA sont vraiment des fêtards. Ils avertissent que ce “Grand Filtre a le potentiel d’anéantir la vie telle que nous la connaissons, d’autant plus que notre rythme de développement est directement lié à la gravité de notre chute”. Alors quelqu’un comme Elon Musk, avec ses vaisseaux Space X et ses rêves martiens, ne fait que nous précipiter vers notre perte ? Notre technologie avancée nous anéantira-t-elle d’une manière qui nous ramènera à l’âge de pierre ou pire ?

LA PLUS GRANDE MENACE

De nos jours, de grandes menaces pèsent sur notre survie. Si nous ne pouvons pas nous débarrasser de la pollution, de la surpopulation et du réchauffement climatique, la menace de l’anéantissement nucléaire plane toujours sur nous. Ces enfants à qui on avait appris à se cacher sous leur bureau et à trouver des abris antiatomiques dans les années 1950 et 1960 sont maintenant des grands-parents qui s’inquiètent de la vérité qu’on ne leur a jamais dite.

Les guerres où les deux camps utilisent des armes conventionnelles sont déjà assez mauvaises pour l’humanité, mais quand un camp monte la barre et propose l’utilisation de n’importe quel type d’armes nucléaires (comme les armes nucléaires tactiques devraient pouvoir respirer facilement), il y a une menace de la fin de temps. C’est ce que la NASA entend par le Grand Filtre ; nous devenons trop grands pour nos culottes et pensons que nous sommes indestructibles, causant ainsi notre destruction.

Nous sommes une civilisation de type 0 à l’approche du grand filtre. Une possible civilisation de type II est représentée devant nous.

ESPOIR

Heureusement, le papier n’est pas tout catastrophique. Les auteurs suggèrent que nous avons atteint une ère qui “indique une période nécessaire d’introspection, suivie de raffinements appropriés pour répondre correctement à notre dilemme”. Si nous oublions tous de montrer à quel point nos grosses culottes sont grandes et que nous nous asseyons et faisons quelque chose pour prévenir une catastrophe, “nous pouvons réduire le risque pour l’humanité et les près de 9 millions d’autres espèces sur Terre”.

NOUS DEVONS L’AIMER

John Lennon a chanté célèbre, “La guerre est finie, si vous le voulez.” Assez d’entre nous le veulent; nous devons lutter pour la paix, sinon les choses ne seront pas bonnes pour nous. Nous avons également d’autres batailles, contre la faim, la pollution et d’autres menaces pour notre environnement. Cela devrait encourager tout le monde à se préoccuper suffisamment pour faire quelque chose à ce sujet.

L’humanité doit relever le défi et nous sauver nous-mêmes ; sinon nous serons aspirés dans ce Grand Filtre comme des particules de poussière dans un aspirateur. Nous étions tous : toutes nos réalisations en science, en médecine ; toute notre musique, notre littérature et notre art ; toute notre histoire, de la caverne à la lune en passant par la tombe, sera effacée par le temps. Dans le vide et l’immensité de l’espace, c’est comme si nous n’existions pas, tout comme nos amis extraterrestres que nous n’avons jamais eu la chance de rencontrer à cause de leur propre ignorance et bêtise.

NOUS POUVONS SURVIVRE

J’aime à penser que “nous donnerons une chance à la paix“, comme John Lennon chante, ou récite “Que la Force soit avec toi”, comme le Guerres des étoiles Jedi l’a déjà dit, mais même cela n’a pas sauvé la plupart d’entre eux. Peut-être pouvons-nous appeler Star Trek Les paroles de M. Spock, “Vivre longtemps et prospérer.” Nos enfants, petits-enfants et toutes les générations futures dépendent de nous. Maintenant, nous voulons vivre; faisons plus qu’assez; faisons quelque chose pour nous sauver ; si nous ne faisons rien, nous n’avons qu’à nous en prendre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *