Nokia et Oppo s’affrontent suite à la décision de la Cour suprême du Royaume-Uni

Avant la dernière décision de la Cour suprême, la Haute Cour et la Cour d’appel avaient précédemment statué que les tribunaux britanniques étaient compétents pour connaître de l’affaire actuelle entre Nokia et Oppo.

Les deux parties se disputent divers brevets pour les normes mobiles 3G, 4G et 5G dans un différend paneuropéen. Dans la procédure britannique, le conflit de compétence concerne les parties anglaises de trois brevets européens EP 20 70 217, EP 20 87 626 et EP 29 81 103. Ce dernier brevet fait également partie des litiges en Allemagne.

Du 1er juillet 2018 au 30 juin 2021, Oppo est sous licence de Nokia. Le premier a également accordé à la société finlandaise une licence croisée concernant le propre portefeuille de SEP d’Oppo. Cependant, les négociations pour une licence supplémentaire ont jusqu’à présent été infructueuses.

Nokia allègue une infraction

En l’absence d’un nouvel accord de licence, Nokia accuse déjà le fabricant chinois de téléphones mobiles d’avoir enfreint ses brevets – à la fois SEP et non-SEP – sur ses appareils mobiles sous les marques Oppo et OnePlus. Le 1er juillet 2021, Nokia a déposé une plainte devant la Haute Cour du Royaume-Uni.

En réponse, Oppo a déposé une demande auprès du tribunal populaire de Chongqing, en Chine, pour que le tribunal détermine une licence FRAND mondiale pour le portefeuille Nokia. Au Royaume-Uni, Oppo a demandé une suspension de la procédure dans l’attente d’une décision de justice chinoise.

La Haute Cour a rejeté la demande en novembre 2021 (affaire ID : HP-2021-000022), une décision confirmée par la Cour d’appel (affaire ID : CA-2021-003304). Sans doute, au cœur de ce différend se trouve la question de la contrefaçon, plutôt que la fixation du taux FRAND global.

Le juge de la Cour d’appel, Peter Jackson, a fait référence à la décision de la Cour suprême dans l’affaire Unwired Planet contre Huawei, déclarant que le tribunal était compétent pour connaître des réclamations concernant la violation et la validité des SEP britanniques.

Prochain en novembre

Daniel Brook

Le juge a également déclaré que le Brexit, après lequel le règlement Bruxelles I ne s’appliquerait plus au Royaume-Uni, n’aurait aucun effet. En outre, la décision de la Cour populaire suprême de Chine dans l’affaire Oppo contre Sharp, dans laquelle le tribunal a revendiqué sa compétence pour réglementer les conditions de licence FRAND mondiales des SEP, n’a pas non plus affecté l’affaire.

Oppo a demandé à la Cour suprême de faire appel de cette décision, qu’elle a maintenant rejetée. Par conséquent, les procédures de contrefaçon et de validité au Royaume-Uni devraient être accélérées. Un procès technique sur le différend EP 103 est prévu pour novembre, d’autres suivront en 2023.

Les poursuites font partie d’un différend paneuropéen dans lequel des jugements ont déjà été rendus dans d’autres pays européens.

Récemment, le tribunal de district de La Haye a rejeté les demandes d’invalidité d’Oppo et a conclu que l’entreprise avait commis une contrefaçon de brevet. En Allemagne, les tribunaux régionaux de Mannheim et de Munich ont conclu qu’Oppo avait enfreint les brevets litigieux. Les décisions de Munich ont conduit à une interdiction de vente en Allemagne.

Oppo a une stratégie mixte

Richard Vary

Oppo s’est appuyé sur le cabinet d’avocats international Hogan Lovells. Dans la procédure britannique, une équipe dirigée par l’associé londonien Paul Brown représentait le client chinois et ses sociétés. La relation entre Hogan Lovells et Oppo a commencé par une dispute entre Oppo et Sharp l’année dernière. La pratique IP agit également pour Oppo dans d’autres pays, dont l’Allemagne, l’Espagne et la France, l’équipe de Londres coordonnant les procédures.

Aux Pays-Bas, cependant, Oppo a embauché une équipe de Brinkhof.

Nokia s’appuie sur une équipe paneuropéenne de Bird & Bird. Au Royaume-Uni, le partenaire londonien Richard Vary a pris les devants.

En Allemagne, Christian Harmsen, partenaire de Düsseldorf, travaille en étroite collaboration avec la boutique IP Arnold Ruess, tandis qu’aux Pays-Bas, Wouter Pors mène des procédures pour la société de télécommunications finlandaise.

Pour Oppo/Un Plus
Vingt Essex (Londres) : Alexander Layton, Joséphine Davies
8 Nouvelle place
(Londres) : Daniel Alexander, Andrew Lykiardopoulos
Hogan Lovells (Londres) : Paul Brown, Daniel Brook, Katie McConnell (tous associés) ; conseils : Emma Fulton, Dominic Hoar ; avec Jemma Trainor, Eibhlin Vardy, Ian Moss, James Gray, Greig Shuter, Hannah Schofield

Pour Nokia
Chambres du tribunal en brique (Londres) : Nick Saunders
Oiseaux et Oiseaux
(Londres) : Richard Vary, Toby Bond (les deux associés) ; avec : William Warne
En interne (Munich, Londres) : Clemens-August Heusch (litige DPI, Munich), Taliah Walklett (Director Litigation, Londres)

Cour suprême du Royaume-Uni (Londres)
Robert Reed (juge président), David Kitchin, David Richards

Mise à jour 10.11.2022 : La Haute Cour du Royaume-Uni a statué qu’Oppo avait enfreint l’un des brevets d’application valides de Nokia (numéro d’affaire : HP-2021-000023). Le juge président Richard Meade a conclu que non seulement le brevet EP 37 16 560 de Nokia était valide, mais aussi que les téléphones mobiles Oppo et OnePlus violaient le brevet. EP 560 couvre le traitement des signaux de transmission dans un émetteur radio.

Le tribunal a rendu sa décision sur la base du logiciel installé à l’origine sur les appareils, qui a ensuite été mis à jour pour supprimer le code contrefait. Le brevet fait également l’objet d’une action en contrefaçon de Nokia contre Oppo en Allemagne. Le tribunal régional de Düsseldorf entendra l’affaire le 17 novembre (numéro d’affaire : 4c O 34/21).

Cette annulation fait suite à des injonctions accordées à Munich et à Mannheim sur cinq brevets qui ont conduit à des interdictions de vente dans toute l’Allemagne, ainsi qu’à des injonctions aux Pays-Bas sur deux brevets.

En revanche, Oppo/OnePlus a célébré deux victoires après Düsseldorf et le tribunal régional de Munich a suspendu les deux procès jusqu’à ce que le Tribunal fédéral des brevets se prononce sur la validité des brevets de Nokia.

Reste à savoir si Oppo fera appel du verdict. L’étape suivante est l’audience sur les dépens, et le tribunal décide d’accorder ou non une injonction.

JUVE Patent a mis à jour cet article le 10.11.2022 pour refléter les derniers développements dans l’affaire entre Nokia et Oppo/OnePlus au Royaume-Uni.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *