La Fondation Linux a lancé le projet Sylva pour résoudre les problèmes de pile de télécommunications de l’UE

La Linux Foundation Europe a lancé le projet Sylva, une tentative de création d’un cadre open source et cloud natif pour les opérateurs de télécommunications qui répond aux défis fédérés et réglementaires de l’UE, réduisant la complexité de la pile au niveau des couches périphériques, du cloud et de l’application et aide réduire les coûts d’innovation dans un secteur en pleine évolution.

Lancé le 15 novembre lors du ONE Summit North America à Seattle (un peu ironiquement), Sylva est le premier projet lancé dans le cadre de la Linux Foundation Europe, qui a été créée plus tôt en 2022. Orange, Vodafone, T-Mobile TIM et Telefonica sont les membres fondateurs. , avec Ericsson et Nokia du côté des fournisseurs.

Le projet Sylva envisage un environnement où le calcul est distribué plus largement, en utilisant des applications conteneurisées s’exécutant sur des plates-formes “conteneur en tant que service” (CaaS) via des fournisseurs de cloud – plutôt que les piles traditionnelles intégrées verticalement et le matériel personnalisé que les opérateurs de télécommunications ont utilisé jusqu’à présent .

“L’intégration de la couche CaaS peut bénéficier à tous les acteurs de l’industrie des télécommunications car elle peut réduire considérablement la fragmentation et augmenter l’efficacité opérationnelle”, ont fait valoir les promoteurs du projet Sylva.

Un deck partagé à son lancement suggère une “architecture cible basée sur des déploiements automatisés multi-cluster Kubernetes sur Bare Metal, géré par [a] Approche GitOps (y compris l’infrastructure en tant que code).”

Le piratage des fournisseurs a “la portée d’affecter l’ensemble de l’industrie des télécommunications”: Vodafone

Alors que Sylva se concentre sur la fourniture d’un cadre adapté aux opérateurs télécoms européens, ses organisateurs soulignent que le projet est également ouvert aux organismes non européens.

“L’écosystème cloud des télécoms d’aujourd’hui est fragmenté et ralentit la transformation de notre modèle opérationnel”, a déclaré Laurent Leboucher, CTO groupe et SVP chez Orange, dans un communiqué.

Il a ajouté : “Malgré la transition vers les technologies cloud natives, une véritable interopérabilité entre les charges de travail et les plates-formes reste un défi. En fait, les opérateurs doivent faire face à de nombreuses solutions verticales qui diffèrent d’un fournisseur à l’autre, ce qui entraîne une complexité opérationnelle, un manque d’évolutivité et coûts élevés.”

“Sylva, en fournissant un cadre de cloud télécom homogène pour l’ensemble de l’industrie, devrait aider tous les écosystèmes à utiliser une technologie commune, qui sera interopérable, flexible et facile à utiliser.”

“[Project Sylva] entrent dans quatre grandes catégories : les exigences de sécurité, les exigences énergétiques, les exigences de périphérie fédérée et les exigences de confiance des données”, a déclaré Arpit Joshipura, directeur général de la mise en réseau, de la périphérie et de l’IoT à la Linux Foundation. La pile.

“Si vous résolvez ces problèmes dans toute l’UE, par défaut, vous avez résolu ces problèmes dans des pays – que vous pouvez adapter et en amont à l’échelle mondiale, que ce soit aux États-Unis, en Chine, en Inde ou ailleurs”, a-t-il ajouté.

Les partenaires du projet visent à créer un cadre logiciel cloud indépendant du fournisseur conçu pour répondre aux exigences de périphérie des opérateurs de télécommunications, y compris une implémentation de référence.

Selon Joshipura, Sylva est destiné à faire partie de l’écosystème du projet Linux Foundation, travaillant sur des projets tels que CNCF (projet hôte Kubernetes), Aunket et O-RAN, ainsi qu’ONAP. Sylva prendra en charge certains aspects de ces projets alors qu’il s’efforce de s’attaquer à ce que les documents de projet décrivent comme le “continuum edge/cloud”.

Voir aussi : Kubernetes standardise le magasin d’affichage dans un mouvement historique

“Il existe deux types de bords. Il y a le bord utilisateur et le bord fournisseur de services ; le bord utilisateur est avec l’utilisateur, le bord fournisseur de services est avec un fournisseur de services de télécommunications ou de cloud. Et fondamentalement, ce qui se passe, c’est qu’il y a un continuum de calcul nécessaire – d’un centre de données centralisé, à un bureau central, à un site cellulaire, à l’utilisateur final – où vos applications doivent s’exécuter en continu », a déclaré Joshipura .

“C’est ce qu’on appelle un cadre cohérent de calcul dans le cloud. Et cela concerne tout, de la périphérie utilisateur ouverte à la périphérie fournisseur de services.”

Joshipura a dit La pile: “[Telco] les fonctions réseau doivent être indépendantes de l’endroit où elles s’exécutent. Et une grande partie de ce travail est déjà effectuée par la communauté open source. Donc, ce que Sylva va faire, c’est qu’il va utiliser tout ce travail, et en plus, il va remplir les éléments manquants de l’implémentation de la référence et de la validation de ces fonctions.

« La plupart du haut de gamme [telcos] peuvent obtenir probablement 70 à 80 % du chemin, ils peuvent obtenir un contrôleur SDN, ou ils peuvent obtenir un accélérateur de plan de données, ils peuvent obtenir une plate-forme d’orchestration et d’automatisation, etc. Ce sont les projets au sein de la Linux Foundation, puis à la CNCF, vous avez Kubernetes – si vous faites tous ces projets, vous pouvez en obtenir 70 à 80 % en tant qu’entité mondiale.

“Maintenant, pour Sylva, il faut faire un autre pas en avant et ajouter les exigences spécifiques de l’UE : en sécurité, en efficacité énergétique, en informatique de pointe fédérée et en données, des exigences qui viennent des instances de l’UE”, a ajouté Joshipura.

Après son lancement, Sylva accueille les contributions d’autres organisations intéressées, au sein de l’UE ou au-delà. Il vise à voir ses premiers commits en 2023, suivis de la v1 de son framework cloud plus tard dans l’année.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *