Wemby Watch: Les raisons pour lesquelles chaque équipe NBA qui court pour Victor Wembanyama peut être reconnaissante

Aujourd’hui, c’est la semaine de Thanksgiving, alors naturellement, puisque cet espace est dédié à un seul basketteur, il semble tout naturel de faire une petite recherche sur la façon dont notre protagoniste français passera ses vacances. Et “recherche” est un substitut de Google, et “vacances” signifie (dans ce cas) Thanksgiving, mais, bien sûr, ils ne célèbrent pas Thanksgiving en France. En fait, selon Google, la plupart des Français ne savent même pas ce qu’est Thanksgiving. (Royale au fromage. Hé, si vous savez, vous savez – sinon, faites vos “recherches”.)

Donc pour l’instant, Victor Wembanyama doit vivre sa semaine comme d’habitude. Dans un an, il mangera des cuisses de dinde et tous les accompagnements au milieu de l’après-midi tout en regardant les Lions de Detroit accorder leur cinquième touché de la journée avec le reste d’entre nous. Mais jusque-là, il se contentera de la richesse et de la célébrité qui accompagnent ses incroyables dons de basket-ball. En parlant de cadeaux…

Wembanyama maintient les Mets 92 au chaud

Après une série réussie de deux matchs avec l’équipe nationale senior française pour une paire de qualifications FIBA ​​​​, Wembanyama a repris là où il s’était arrêté avec son équipe Mets 92 cette semaine, marquant 30 points – son deuxième 30 pièce de la saison — lors d’une victoire 92-85 contre Nanterre 92.

Contre Nanterre, l’équipe avec laquelle il a signé pour la première fois en tant que professionnel en 2019, Wembanyama a également égalé son record de la saison avec cinq contres. Avec cette victoire, les Mets 92 ont prolongé leur séquence de victoires à sept matchs et occupent la première place de la ligue après avoir ouvert la saison avec une défaite.

Regarder Wemby

Les Mets 92 seront de retour au combat le 11 novembre. Le 26 avec un duel contre le SLUC Nancy Basket prévu pour un tipoff à 14h. Le jeu – en fait, tous les matchs de Wembanyama cette saison – sera diffusé gratuitement sur l’application NBA.

  • Novembre 26 — Métropoles de Boulogne-Levallois 92 à Nancy, 14 h HE
  • 2 décembre — Fos-sur-Mer, 14h30 HE
  • 6 décembre — à Roanne, 14h00 HE

Course vers le bas

Nous allons faire quelque chose d’un peu différent cette semaine. En reconnaissance de Thanksgiving, trouvons une chose pour laquelle chacune de nos sept pires équipes doit être reconnaissante – en plus de leur coup mince à Wembanyama.

7. Tonnerre d’Oklahoma City : Shai Gilgeous-Alexander mange le soleil et boit le ciel. S’il est possible de concourir pour le prix MVP dans une équipe inférieure à .500, il le fera. Il est à un 3 points d’une saison 50-40-90 et il marque en moyenne plus de 31 points par match. Le résultat n’a pas d’importance pour le Thunder cette saison. Écoutez leurs matchs pour voir ce jedi du basket-ball faire des choses que personne d’autre sur Terre ne peut faire.

6. Lakers de Los Angeles : Anthony Davis a trouvé la fontaine de jouvence, et elle semble être à El Segundo. LeBron James pense que Davis joue comme son ancien moi, et il est difficile d’être en désaccord sur la base de sa performance depuis que James a été blessé. La saison pourrait être terminée pour les Lakers 2-10 avec James mis à l’écart. Au lieu de cela, Davis les a ramenés au précipice de la respectabilité. Les Pélicans n’en sont peut-être pas contents, mais les Lakers sont très reconnaissants de l’avoir la vedette une fois qu’ils ont échangé de plein fouet.

5. Spurs de San Antonio : Vous souvenez-vous de l’époque où Devin Vassell était censé jouer un rôle en 3D ? Lui non plus. L’ailier de troisième année s’épanouit dans un rôle élargi à hauteur de plus de 20 points par match. Plus important encore, il fait valoir bon nombre de ces points pour lui-même. Vassell a marqué 1,111 points par possession en tant que manieur de balle pick-and-roll, ce qui se situait dans le 92e centile de la ligue. Il n’est peut-être pas une superstar, mais il sera un allié pour Wembanyama si la loterie va à San Antonio.

4. La magie d’Orlando : Je vais juste laisser cette bobine de surbrillance Bol Bol ici pour que vous puissiez en profiter à votre guise. Magic n’obtient peut-être pas Wembanyama, mais ils ont une version à prix réduit.

3. Les frelons de Charlotte : D’accord… celui-ci est un défi… Je pense qu’ils sont septièmes de la NBA en taux de rebond offensif ? Leurs uniformes sont cool. Oui, ça marche. Soyez reconnaissant pour les uniformes cool.

2. Pistons de Détroit : Jaden Ivey a récolté en moyenne plus de 21 points par match lors de ses cinq dernières apparitions, et il l’a fait avec un tir à 3 points presque en moyenne dans la ligue. Dans un monde parfait, les Pistons auraient un Cade Cunningham en bonne santé, mais la doublure argentée pour eux est l’opportunité que sa blessure leur a donnée de développer Ivey. Non. J’en ai profité. Cette chance est de 4 choix, et s’il continue à bien tirer, sa vitesse incroyable ne fera que faire de lui un pilote plus meurtrier.

1. Rockets de Houston : On dit souvent que les fans ne veulent pas voir les équipes perdre. Ces fans n’ont jamais regardé les Rockets. Ils sont mauvais mais ils sont loin d’être ennuyeux. KJ Martin est l’un des meilleurs dunkers de la NBA. Alperen Sengun est définitivement le meilleur Alperen Sengun de la NBA, et pour mieux comprendre ce que cela signifie, il vous suffit de regarder certaines des choses folles qu’il fait dans le post. Jalen Green et Kevin Porter Jr. va marquer un tas de points et en abandonner plus. Personne à Houston ne demande aux Rockets d’accélérer leur reconstruction parce qu’ils sont vraiment heureux.

Défaite du dimanche

Rien de trop effrayant cette semaine, alors on en profite pour rappeler à tout le monde de boxer les gardes adverses. Bol Bol n’a pas fait grand-chose de cela lors de la défaite de samedi contre l’Indiana. S’il l’avait fait, la défaite 108-107 aurait ressemblé à une victoire 109-106 pour le Magic.

Nous semblons utiliser cette excuse pour le Magic chaque semaine, mais c’est la faute d’une jeune équipe. Au moment d’écrire ces lignes, Bol Bol n’a disputé que 80 matchs NBA et collégiaux. Les erreurs de base comme celle-ci se nettoient avec l’âge. Et s’ils aidaient Orlando à débarquer à Wembanyama ? Eh bien… personne ne se plaint.

Jeux des faibles

Samedi nov. 26 : Tonnerre et roquettes : OKC a échappé de peu aux sept derniers la semaine dernière, mais ils ont perdu deux matchs de suite et le casting limité autour de Gilgeous-Alexander ne permettra qu’un nombre limité de victoires. Un voyage à Houston était exactement ce que le médecin avait ordonné.

Samedi nov. 26 : Lakers aux Spurs : Les Spurs et les Lakers jouent en fait deux fois cette semaine, une fois le vendredi et une fois le samedi. Si notre objectif était de trouver le pire match de la semaine, nous choisirions probablement la seconde moitié de leur match consécutif.

lundi nov. 28: Pacers sur les Lakers : Bien sûr, le jeu lui-même sera génial, mais avant et après le jeu sera la vraie histoire ici. Nous verrons des câlins, des poignées de main et des citations énigmatiques de LeBron James à propos de Buddy Hield et Myles Turner. Qui sait, peut-être que si le match se passe bien, les Pacers les laisseront simplement à Los Angeles.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *